Impacts

L’habitation communautaire : au cœur de la transition sociale et écologique

Bâtir son quartier soutient depuis 15 ans que l’habitation communautaire s’inscrit de facto dans une logique de développement durable : elle est socialement rentable et économiquement viable en plus d’être soutenable d’un point de vue environnemental. Le développement de projets d’habitation communautaire est une avenue pertinente sur les plans social (mixité, prise en charge collective, gestion participative, formation et enracinement dans le milieu), économique (accessibilité à long terme, mise à l’abri de la spéculation) et environnemental (densification, gestion rationnelle des sols). Elle dépasse donc largement l’application de mesures vertes au niveau des systèmes électromécaniques et de l’architecture.

Les démarches de l’équipe de Bâtir son quartier pour la réalisation de projets plus respectueux de l’environnement ont mené à des avancées dont ont bénéficié un grand nombre d’acteurs au fil des ans. En voici quelques exemples :

  • contribution à la création du programme Projet novateur de la Société d’habitation du Québec;
  • diffusion de la formation Bâtir son avenir à l’ensemble des membres de l’AGRTQ;
  • participation à de nombreux panels et conférences sur la densification à échelle humaine, sur les coûts d’intégration de mesures écoénergétiques et sur la valorisation des bâtiments excédentaires, ce qui a contribué à la reconnaissance du secteur de l’habitation communautaire comme acteur innovant sur le plan environnemental.

Bâtir son quartier récompensée pour ses efforts

Les efforts de Bâtir son quartier afin de pousser plus loin ses démarches en faveur du développement durable ont été reconnus à maintes occasions, notamment :

  • au Gala de reconnaissance en environnement et développement durable de Montréal, où Bâtir son quartier a été nommée lauréate dans la catégorie OBNL pour le développement du projet Coopérative Station No.1 (2011);
  • dans le cadre de l’Opération patrimoine architectural de Montréal, où Bâtir son quartier a reçu le prix de mise en valeur du patrimoine, également pour la Coopérative Station No.1 (2011).

Découvrez ce projet en capsule vidéo :

De nombreux projets certifiés ou certifiables

Bâtir son quartier a déjà coordonné la réalisation de plusieurs projets certifiés (LEED, Novoclimat) ou certifiables qui se démarquent soit par des mesures passives engendrant des économies d’énergie, soit par l’intégration de technologies vertes au niveau des systèmes électromécaniques. Deux de ces projets ont obtenu une certification LEED et plusieurs autres sont en cours de réalisation :

Certains organismes accompagnés ont fait le choix de ne pas poursuivre les démarches de certification, mais leurs bâtiments atteignent néanmoins de hauts standards. C’est le cas notamment de la Coopérative Le Coteau vert, de l’OBNL Un toit pour tous, de la Coopérative Station No.1, de la Coopérative l’Esperluette et de la Coopérative des Bassins du Havre (située sur un site LEED pour l'aménagement des quartiers).

De nouveaux projets inspirants sont aussi en cours de réalisation, comme celui de la Coopérative Laurentienne, dans le quartier Saint-Laurent, qui est inscrit au programme de certification LEED pour habitations de hauteur moyenne, et celui des Habitations communautaires Loggia, à construire au cœur de l’écoquartier du Technopôle Angus.

Bâtir son quartier est membre du comité dexperts Construire avec le climat de Vivre en ville. Plusieurs des projets dont la réalisation a été coordonnée par Bâtir son quartier y sont cités en exemple.

Apprenez-en davantage sur plusieurs de ces réalisations qui suscitent un grand intérêt : cliquez ici.

Transition écologique et écoquartiers

L’habitation communautaire est une solution de premier choix parmi l’éventail des réponses possibles aux enjeux liés à l’urgence climatique. Elle nous apparaît incontournable pour réussir une transition écologique durable dans le contexte québécois, et ce, tant par le développement de nouveaux écoquartiers que par la transformation progressive des quartiers existants. La transition écologique est une démarche complexe qui implique un grand nombre de parties prenantes et invite à aborder différemment l’aménagement et l’occupation des milieux de vie. Les formules communautaires en immobilier portent en elles les conditions du développement d’une résilience collective, notamment la participation et la mobilisation citoyennes, la prise en charge partagée, la gestion démocratique, l’ancrage local, la réponse aux besoins et la pérennité d’occupation.

Le défi que représente la création de milieux de vie mieux desservis et moins nocifs pour les individus et l’environnement implique la collaboration de plusieurs acteurs clés. Pour réussir à faire coïncider des programmes de financement, des politiques publiques et des échéanciers de travail différents, il importe qu’une forte volonté politique, étanche aux pressions du marché, impulse la transition des quartiers et des municipalités. Considérant que les ménages les moins nantis risquent d’être les plus touchés par les conséquences des changements climatiques, rappelons qu’un logement communautaire représente à la fois un gage de sécurité, un refuge et un réseau de solidarité qui peut faire toute la différence en contexte de crise.

C’est ce message qu’a exprimé Bâtir son quartier à l’occasion d’un panel organisé en 2020 par l’Office de consultation publique de Montréal sur l’avenir du secteur Namur-Hippodrome :

Notre vision...

Des bâtiments performants

Des milieux de vie sains et résilients

Des membres, locataires et organismes responsables

Une société solidaire