Inscription et demande de logement

Témoignage : Isabelle et Kitana

Qui vit en coop?

Who lives in housing coops? (English follows)

Isabelle & et Kitana, famille monoparentale, coopérative d’habitation Coteau Vert, près du métro Rosemont, Montréal

Isabelle et KitanaPourquoi avez-vous choisi de vivre ici?

Je cherchais un endroit sécuritaire et stable pour moi et ma fille.

Un endroit où l’on ne perdrait pas le logement parce que le propriétaire aurait décidé de vendre par exemple. J’avais le goût de vivre en communauté. J’aimais la cour (de la coop Coteau Vert) et l’idée de se rencontrer.

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans la vie en coop?

Être entourée. Je suis chanceuse, ça se passe bien avec les gens dans mon bloc, il n’y a pas de conflits, on s’entend bien, on est compatibles.

Je fais partie du comité « bon voisinage » qui gère les relations entre voisins. C’est l’fun de gérer les problèmes et différences ensemble! D’ailleurs on est confronté aux mêmes différences dans le comité et dans la coop. C’est intéressant cette dimension interculturelle. La gestion du temps par exemple. Moi je fais très attention au temps, il faut commencer les réunions à l’heure, etc. Dans le comité, il y a une voisine d’origine africaine et en Afrique la gestion du temps c’est différent (sourire). On échange sur ces différences, sur ce que ce que l’on perd et ce que l’on gagne.

Qu’est-ce que vous trouvez « exigeant » ou quels sont les points d’amélioration à apporter dans la vie en coop/dans la vie de votre coop?

Je ne vois pas vraiment de point à améliorer ou du moins d’affaires que l’on pourrait rapidement et facilement changer.

Les réunions peut-être. C’est vrai, c’est difficile d’y aller parfois. On a des vies occupées, il faut caser les réunions dans l’agenda. Je ne peux pas dire qu’il y en ait trop – une à deux fois par mois – on ne pourrait pas en faire moins. Sinon, autre point d’amélioration : tout le monde ne participe pas de la même façon. Mais en général, tout est fait pour que ce soit le mieux possible pour la coop et ses membres.

– – –

Isabelle and Kitana (single-parent family, Coteau Vert housing coop, near Rosemont metro, Montreal).

Why did you decide to live here?

I was looking for safety and stability for my daughter and myself.

I wanted a place that we wouldn’t be forced to leave if the landlord sold the building, for instance. I wanted to be part of a community. I liked the yard (of Coteau Vert coop) and the idea of meeting people.

What do you like most about living in a coop?

Having people around me. I’m lucky because everything’s okay with the people in our building There aren’t any conflicts, we get along well – we’re compatible.

I belong to the Good Neighbours committee that handles relations between neighbours.  It’s fun to work on problems and differences together. And in fact, the same differences come up in the committee and in the coop.  The intercultural dimension is interesting.  Time management, for instance. I’m very aware of time – you have to start meetings on time, and so on.  In the committee, there’s a neighbour who’s from Africa, and time is handled differently in Africa (smile). We talk about these differences – what you lose, and what you gain.

What do you find challenging, or what could be improved in coop life or in the life of your coop ?

I don’t really see anything to be improved. Or let’s say I can’t think of anything that we could change quickly and easily.

Meetings, maybe.  It’s true that it’s hard to get to them sometimes. We lead busy lives and you have to fit them into the agenda. I can’t say there are too many: once or twice a month.  It wouldn’t work to have fewer. Another point that could be improved: not everyone participates in the same way. But in general, things are done to make everything go as well as possible for the coop and coop members.